Primevère officinale (Primula veris)

La floraison de cette charmante demoiselle accompagne les premières belles journées du printemps qu’elle annonce de ses corolles délicates et colorées au parfum si subtile! Surnommée « fleur de coucou » car elle illumine nos prairies au moment du retour du Coucou dans nos contrées, elle nous régale et nous soigne tout en nous offrant une belle et agréable échappée de l’hiver…

En tisane, ses fleurs séchées sont appréciées pour leurs propriétés expectorantes et leur action sur la sphère respiratoire de manière générale (bronchites, états grippaux). En sirop, c’est la subtilité et la fraicheur de la fleur que l’on redécouvre avec plaisir! Du côté de la cuisine, les fleurs fraichement cueillies et débarrassées de leurs calices amènent éclat et fraicheur aux tendres salades d’avril!

Primevère off_texte 

Un peu de lecture pour les passionnés…

Un ouvrage accessible sur les aspects médicinaux des plantes qui nous entourent (C. et E. BUSSER, En bonne santé avec les plantes des Vosges et d’ailleurs, ed. La Nuée Bleue, 2009)

Et une bible de recettes autour de 70 plantes sauvages et comestibles à glaner par chez nous (S. MORGENTHALER et H. MAETZ, La cuisine naturelle des plantes d’Alsace, ed. La Nuée Bleue, 2011)

Publicités

En Avril…ne te découvre pas d’un fil!

Fidèle au dicton, c’est un mois d’avril bien frisquet que l’on retrouve dès notre retour dans les parages! Pas de quoi intimider pour autant la floraison du lierre terrestre, des primevères et autres pissenlits! Du côtés des arbres et arbustes, les jeunes feuilles font leur apparition également. Les feuilles de noisetier sont utilisées en tisane contre les troubles de la circulation, les jeunes pousses de ronce sont astringentes et présentent notamment un intérêt contre les problèmes respiratoires…

Ce diaporama nécessite JavaScript.